Print Friendly, PDF & Email

La pelade

iStock_000012881997_Large_02Cette page a pour vocation de vous donner une vision globale des troubles capillaires.

La pelade est une forme d’alopécie encore mal comprise, qui se manifeste par l’apparition rapide de plaques arrondies totalement dépourvues de cheveux. Moins rare qu’on ne pourrait le croire (1% de la population est concerné), elle peut toucher les femmes comme les hommes mais frappe bien souvent avant l’âge de 20 ans.

Une chute de cheveux subite et localisée

La pelade se manifeste par la chute soudaine de la totalité des cheveux d’une ou plusieurs zones du cuir chevelu. On voit alors apparaître des plaques circulaires de peau lisse, de quelques centimètres de diamètre, souvent situées sur le pourtour arrière de la tête (haut de la nuque, puis contour des oreilles). Les plaques peuvent s’élargir peu à peu pour former de grandes nappes sans cheveux. Autour d’elles, on remarque une zone de petits cheveux courts (1 à 2 cm) et anormalement fins vers la racine.
La pelade touche parfois aussi d’autres zones : des plaques imberbes peuvent se former au niveau de la barbe, des sourcils ou de n’importe quelle partie pileuse du corps.
Dans la grande majorité des cas (95%), la pelade ne concerne que quelques plaques de cheveux ou de poils. Toutefois, il arrive plus rarement qu’elle touche tout le cuir chevelu (on parle de pelade « décalvante ») voire la totalité du corps (pelade « universelle »).
La pelade affecte aussi bien les hommes que les femmes, mais les cheveux bruns et les personnes jeunes en sont plus fréquemment frappés.

Des origines encore mal identifiées

Les causes de la pelade sont aujourd’hui encore mal comprises. Elle semblerait être liée à une maladie inflammatoire auto-immune : pour une raison non identifiée, le système immunitaire s’attaque brutalement aux follicules pileux et stoppe leur activité, sans pour autant les détruire. En effet, alors que dans d’autres formes d’alopécie le cuir chevelu devient lisse, dans le cas de la pelade les orifices pilaires restent présents : les follicules pileux sont en sommeil mais prêts à reprendre leur activité.
Le stress semble aussi jouer un rôle majeur dans la pelade : bien souvent, les personnes qui en sont affectées ont subi un choc émotionnel important dans les semaines ou mois précédents (deuil, divorce, peur intense, changement radical de mode de vie…).
Enfin, la pelade présente un aspect héréditaire : 20 % des personnes souffrant de pelade ont des proches qui en ont également été affectés.

Une évolution variable

Le plus souvent, la pelade guérit spontanément et les cheveux se reforment après quelques mois, même en l’absence de traitement. La repousse commence souvent par un fin duvet blanc, puis les cheveux s’épaississent et se repigmentent peu à peu.
Toutefois, dans les cas les plus sévères (pelades décalvantes ou universelles), le pronostic est moins optimiste et les cheveux peuvent avoir du mal à repousser ou à retrouver leur densité antérieure.
De plus, la pelade est souvent récidivante : la moitié des personnes touchées connaissent des rechutes, parfois plusieurs années après la première atteinte.
Pour optimiser les chances de retrouver une chevelure dense et limiter les risques de récidives, consultez un dermatologue dès l’apparition d’une plaque de pelade : différents traitements locaux ou oraux permettent d’enrayer la réaction auto-immune à l’origine de la pelade et de stimuler la repousse des cheveux.