Print Friendly

Les états pelliculaires

cheveu_pelliculeAffection très courante du cuir chevelu, les pellicules concernent une personne sur deux au cours de la vie. Liées à un renouvellement excessif des cellules superficielles du cuir chevelu, elles se manifestent par la production intense de lamelles de peaux mortes qui viennent alors parsemer les cheveux et les vêtements. Bien que bénignes, les pellicules présentent un caractère inesthétique et sont souvent accompagnées de démangeaisons. Il est donc important de les prendre en charge efficacement.

Le mécanisme de formation des pellicules

cysti_ds

Notre cuir chevelu est recouvert d’un film gras protecteur composé de sébum. Des champignons de type levures appelés Malassezia vivent naturellement dans cette substance grasse et s’en nourrissent. Mais, chez certaines personnes et à certaines périodes, il arrive que les Malassezia prolifèrent à l’excès. Ils induisent alors une inflammation du cuir chevelu à l’origine de démangeaisons. Une réaction immunitaire contre les Malassezia s’enclenche, qui a pour conséquence une reproduction accélérée des cellules superficielles de la peau et une desquamation chronique. De petites lamelles de peau morte se détachent du cuir chevelu : ce sont les pellicules.
A partir de l’adolescence, une personne sur deux présente ou présentera des pellicules au cours de sa vie. Les hommes sont les plus fréquemment touchés, mais de nombreuses femmes en souffrent également.

Les différents états pelliculaires

Les états pelliculaires peuvent présenter différents stades de sévérité :
– L’état pelliculaire sec : de petites squames blanchâtres ou grisâtres (amas de cellules mortes) tombent des cheveux, spontanément ou lors du coiffage, et parsèment les vêtements. Le cuir chevelu est également recouvert de squames, sans rougeurs visibles.
– L’état pelliculaire gras : des squames de plus grande taille, plus épaisses et plus grasses sont visibles, associées à des rougeurs discrètes sur le front, à la limite des cheveux.
– La fausse teigne amiantacée : dans des cas plus rares, des squames très épaisses blanches ou jaunâtres peuvent s’amasser à la base des cheveux et les agglutiner les uns aux autres par touffes.
Les états pelliculaires ne sont généralement pas constants, mais apparaissent par poussées entrecoupées de périodes d’amélioration.

Les facteurs favorisants


picto-hiver picto_fatique picto_pollution picto_agrssif
L’hiver et le temps humide Le stress et les émotions fortes La fatigue et le surmenage La pollution L’usage de produits
capillaires agressifs

Nous ne sommes pas égaux face aux pellicules : certaines personnes présentent des terrains favorables et seront fréquemment exposées à des poussées pelliculaires, tandis que d’autres n’en auront jamais. Cependant, certains facteurs peuvent favoriser l’apparition des pellicules :
– L’hiver et le temps humide.
– Le stress et les émotions fortes.
– La fatigue et le surmenage.
– La pollution.
– L’usage de produits capillaires agressifs.

Le traitement des états pelliculaires

Il existe aujourd’hui des traitements très efficaces contre les pellicules. Ils sont composés d’antifongiques locaux sous forme de shampoings, de lotions ou de crèmes, qui visent à éliminer l’excès de levures du cuir chevelu, à calmer l’inflammation et à normaliser la production des cellules cutanées.
Cependant, aucun n’offre un résultat définitif : si votre cuir chevelu présente des pellicules à répétition, un traitement itératif à chaque poussée et un traitement d’entretien local régulier seront nécessaires pour limiter les rechutes et conserver un cuir chevelu net. Consultez votre dermatologue : il établira avec vous le traitement adapté à vos cas..

1-P Bruderer. Rev Med Brux 2004 ; 25: A 273-6
2- Lisper D.,  Chosidow o et Grosshans E, Encycl Méd Chir (Elsévier, Paris), Dermatologie, 12-220-A-05, 1997, 6p. (lésions élémentaires de la peau : séméiologie cutanée.. )
3- Perrot JL, Misery L. Encycl Méd Chir (Elsévier, Paris), Dermatologie, 98-827-A-10, 1999, 7p. (Dermatoses liées à MF)
4- GE Pierard ; Réalités thérapeutiques en Dermato-Vénérologie, 2009 Janvier, N°183.